Archives mensuelles : novembre 2013

La Malaisie célèbre les arts de l’islam asiatique

La Malaisie qui compte deux tiers de musulmans et qui possède le plus grand musée d’arts islamiques d’Asie du Sud-Est. Ouvert en 1998, le Musée des arts islamiques de Kuala Lumpur propose aujourd’hui plus de 7000 oeuvres d’art du monde entier. Une très large collection d’arts islamiques en provenance de Chine, d’Inde et d’Asie du Sud-Est. Car les arts de l’islam comprennent toute la production artistique de l’Hégire au XIXe siècle, de l’Espagne jusqu’à l’Inde.

La suite…

‘Ashura, entre jeûne, fête et deuil…

Le dixième jour de Muharram, appelé ‘Ashura, a une très grande importance dans la culture musulmane. Le texte le plus répandu et le plus cohérent est sans doute celui qui rapporte que les Juifs de Médine, répondant à une question du Prophète [saw], avaient expliqué qu’ils jeûnaient ‘Ashura en commémoration du jour où Dieu sauva Moïse et ses compagnons de l’armée du Pharaon. Le Prophète [saw], qui jeûnait déjà pendant ce jour à la Mecque, avait alors commandé aux musulmans d’observer pieusement ce jeûne… pour cette raison supplémentaire. Ce n’est qu’après la révélation liée au Ramadan, selon ‘Aisha [ranha], qu’il deviendra surérogatoire. Et c’est cette version qui nous semble la plus simple et la plus crédible, à savoir que c’est un jour de jeûne, pratiqué par le Prophète [saw] à la Mecque, puis à Médine, devenu facultatif par la suite.

La suite…

Journée des morts : les enseignements

Aujourd’hui, nos frères catholiques honorent leurs morts en fleurissant leurs tombes. Et si catholiques et musulmans partagent certaines pratiques funéraires, les grands principes de l’Islam en matière d’inhumation sont difficiles à mettre en œuvre en occident en général, et dans certaines régions de France en particulier, notamment pour le lieu d’inhumation qui peut être source de difficultés chez les musulmans. Et si prières ou toilette du mort figurent parmi les rites funéraires que nous partageons sur le fond,  il n’y a évidemment pas d’équivalent à la Toussaint en lslam, qui lui préconise par contre, de se rendre aux cimetières sans occasion précise pour « visiter les tombeaux« , se rappeler ce phénomène « briseur de jouissances » et méditer sur cette fin à laquelle personne ne pourra échapper.

La suite…