Des positions claires et sans ambiguïté

A l’occasion de la parution d’un document historique intitulé «Convention citoyenne des musulmans de France pour le vivre-ensemble» par le Conseil français du culte musulman (CFCM), Zaman France a questionné Anouar Kbibech, vice-président du CFCM. Il revient notamment sur les motivations et les objectifs à l’origine de la publication de ce document.

A qui est destinée la «Convention citoyenne des musulmans de France pour le vivre-ensemble» ?

Ce document a deux volets. L’un qui traite de la présence, de la position et de la visibilité de l’islam et des musulmans, et qui s’adresse à la société. Les articles 1 à 9 traite ainsi de la position de l’islam dans la société française, et de questions sur lesquelles les musulmans de France sont régulièrement interpellés, comme la violence, l’antisémitisme, l’islamophobie, l’égalité homme-femme, des sujets sur lesquels on leur reproche parfois un silence.

Le deuxième volet est plus tourné vers les attentes des musulmans de France sur des questions un peu plus pratiques comme le calendrier lunaire, la date du ramadan, des fêtes religieuses, l’organisation du pélerinage, du halal, etc.

Cette convention contient des positions de principes que nous réaffirmons au-delà des positions théologiques. Et puis il y a des questions où l’on rappelle la position de l’islam à travers un certain nombres de versets ou de positions de la majorité des théologiens musulmans, sur la position du port du voile intégral notamment qui ne fait pas partie des recommandations religieuses.

Cette convention est historique. Mais qu’en espérez-vous plus concrètement ?

Ce document incarne la refondation de l’islam de France. C’est effectivement un document historique. A la fondation du CFCM, il y a eu un document qu’on appelle l’accord-cadre sur lequel les différentes composantes de l’islam de France et les pouvoirs publics se sont entendus.

Dix ans plus tard, nous avons un document qui émane des musulmans pour les musulmans. Nous espérons et nous souhaitons que les deux pages qui postulent ces principes soient affichées dans toutes les mosquées de France.

Depuis quand travaillez-vous sur ce document ?

L’idée est née au moment où l’on a commencé à travailler sur la réforme du CFCM, il y a deux-trois ans. Mais le travail effectif a commencé dès septembre dernier au moment de la mise en place du bureau du CFCM. C’est un document qui ne répond pas forcément à l’actualité brûlante du moment mais qui est un travail de fond sur un certain nombre de questions qui interpellent les musulmans de France.

Il faut avoir des positions claires et sans ambiguïté sur ces sujets notamment dans une démarche pédagogique vis-à-vis des jeunes. Il n’y a eu aucun sujet tabou. Nous avons été attentifs à garder un équilibre entre les droits et les devoirs des musulmans de France.

Source : ZamanFrance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *