Le menu végétarien alternatif bientôt dans les cantines ?

« Nous mettrons en place un menu végétarien alternatif dès le 1er octobre prochain dans les cantines scolaires de la ville ». Yves Jégo (UDI), député-maire de Montereau-Fault-Yonne, n’a pas attendu le débat parlementaire sur la proposition de loi qu’il va déposer visant à rendre obligatoire la présence d’un menu végétarien, pour l’appliquer dans sa commune.

Une mesure que l’élu appelle de ses vœux depuis le 14 août dans une pétition en ligne, qui a déjà réuni plus de 82 000 signatures, suite à la polémique lancée par le maire de Chalon-sur-Saône qui souhaitait supprimer les menus de substitution au porc.

« Nous ne voulons pas que les assiettes de nos enfants deviennent l’enjeu d’un combat confessionnel »

« Nous ne voulons pas que les assiettes de nos enfants deviennent l’enjeu d’un combat confessionnel, s’explique l’élu.À Montereau il y a de nombreuses demandes pour des repas sans chair animale, que cela soit pour des raisons éthiques ou confessionnelles ». Depuis une quinzaine d’années, les écoliers de primaire et de maternelle de la commune avaient déjà le choix tous les jours entre la viande et le poisson. Ils pourront désormais opter pour des lasagnes et autres burgers végétariens. « Nous allons engager un chef diététicien afin que l’équilibre en protéines de ces repas soit respecté », précise Yves Jégo.

Des menus spéciaux qui auront l’avantage d’éviter le gaspillage alimentaire. « Certains avancent que les enfants qui ne souhaitent pas manger de viande peuvent la laisser de côté, mais c’est un énorme gâchis alimentaire auquel nous remédions en proposant ce menu, insiste le maire de Montereau-Fault-Yonne. Nous avons également renégocié les tarifs avec nos prestataires ». Des économies qui participeront peut-être à financer les tarifs de cantine plafonnés à 1 € par repas à partir du 1er septembre. Mais pour l’instant, impossible d’estimer le nombre de familles qui souhaitent bénéficier de cette initiative. « Nous allons envoyer un courrier aux parents d’élèves pour que ceux qui le souhaitent puissent s’inscrire pour l’année », précise Yves Jégo.

« Une bonne décision qui respecte le vivre ensemble »

Cette décision semble faire l’unanimité auprès des représentants de parents d’élèves et de la communauté musulmane. « C’est une bonne initiative qui permet de concilier les souhaits des enfants de confession musulmane et juive ainsi que ceux qui ne veulent pas manger de viande, tout en respectant le vivre ensemble », déclare Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman (CFCM).

Une solution alternative que salue également Medhi Azzam, président de la FCPE 77. « Cette proposition a le mérite d’apaiser le débat sur les menus de substitution qui était devenu hystérique ces derniers temps. Je regrette cependant que cela renvoit dos à dos les opposants au menu de substitution et les partisans de menus halal ».

Source : LeParisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *