Une nationalité qui transcende les religions

Faruk, le fils d’Elvira et de Kemal Salaka, né à Sarajevo, la capitale de la Bosnie, en avril 2014, est devenu au début du mois le premier… Bosnien. Un statut obtenu au terme d’une longue procédure administrative. Depuis la fin de la guerre, en 1995, les quelque 3,8 millions d’habitants de la Bosnie avaient plusieurs choix de nationalité. Ils pouvaient être bosniaques (musulmans), serbes (chrétiens orthodoxes) ou croates (catholiques), les trois principales communautés du pays. Mais il n’était pas possible d’être Bosnien, c’est-à-dire de s’identifier uniquement avec l’Etat et non avec la religion.

Source : 20minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *